Nagelmackers Invest (mai 2024)

16 Mai 2024 -
Christofer Govaerts
Chief Strategist
Image op stock market graphs

Vision macroéconomique & marchés financiers

Récemment, les résultats de la croissance économique au premier trimestre ont été annoncés pour l'Europe et les Etats-Unis. Aux Etats-Unis, ceux-ci sont quelque peu décevants mais s'expliquent en grande partie par des facteurs techniques (corrections de stocks) d'une part et par un chiffre d'importation en forte hausse d'autre part, ce qui indique néanmoins une dynamique économique. Pour ce trimestre, le taux de croissance est plus élevé et sera certainement supérieur à 2% en glissement annuel. Après plusieurs trimestres de stagnation économique, des nouvelles positives sont apparues dans la zone euro, soutenues par l'Allemagne, la France et surtout l'Italie et l'Espagne. Les indicateurs avancés semblent également indiquer une reprise économique modérée au cours des prochains trimestres. Enfin, l'OCDE et le FMI ont publié leur rapport de printemps sur l'économie mondiale. Les prévisions pour cette année ont été légèrement revues à la hausse, principalement en raison d'une évolution plus forte que prévu aux Etats-Unis, où l'atterrissage en douceur n'a pas encore eu lieu. 

En ce qui concerne la politique monétaire, il n'y a pas grand-chose à signaler. Seule la Fed a tenu une réunion récente et a décidé le 1er mai de laisser les taux directeurs inchangés. On attendait surtout avec impatience les commentaires du président Powell, qui a soufflé le chaud et le froid. D'une part, les gens sont frustrés par la lenteur du processus de désinflation (inflation obstinément élevée dans le secteur des services), d'autre part, ils restent convaincus que le prochain mouvement des taux d'intérêt restera orienté à la baisse. Toutefois, le montant et le calendrier des réductions de taux d'intérêt cette année restent des hypothèses. Pour l'instant, le marché a encore réduit son optimisme et s'attend à un maximum de deux baisses de taux à l'automne. Pour sa part, la BCE semble toujours s'orienter vers une première baisse des taux en juin, qui pourrait être suivie de deux ou trois autres baisses dans le courant de l'année. 

Après un premier trimestre solide, les marchés financiers se sont quelque peu essoufflés en avril, notamment en raison des attentes élevées à l'égard de la saison des résultats en cours. La flambée géopolitique au Moyen-Orient à la mi-avril (Gaza et attaque de missiles contre l'Iran) n'a évidemment pas été un facteur de soutien, même si l'impact est resté limité. Pendant un moment, il a semblé que les marchés boursiers allaient enregistrer une perte importante, mais les bons résultats des grandes entreprises technologiques et le nouvel élan en Extrême-Orient (Hong Kong) ont permis de minimiser les dégâts finaux. Enfin, le Japon, après un premier trimestre extrêmement solide, a été victime des plus fortes prises de bénéfices, soulignées en euros par une nouvelle faiblesse du yen. En ce qui concerne les titres à revenu fixe, les obligations d'Etat ont subi de légères pertes, tandis que les obligations d'entreprise et les titres à haut rendement ont bien résisté. Les matières premières ont fait l'objet d'une forte demande et les métaux industriels ont enregistré des gains significatifs. L'or a également progressé, tandis que les prix du pétrole ont terminé le mois dans le rouge, un peu contre toute attente, compte tenu de ce qui se passe au Moyen-Orient. 

 


La présente news a été rédigée avec le soin nécessaire, notamment à partir de sources soigneusement sélectionnées, mais sans garantie que les informations citées soient actualisées, précises, exhaustives, correctes et adaptées en toutes circonstances. Les informations citées sont toujours susceptibles de modification sans avertissement. Le contenu de la présente newsletter ne peut en aucun cas être considéré comme un conseil financier ou d’investissement, comme un conseil juridique ou fiscal, ni comme une offre de produits et/ou de services bancaires et/ou d’assurances. Le contenu de la présente newsletter se veut purement informatif et le preneur d’informations est lui-même responsable de toute utilisation éventuelle de ces informations. La Banque Nagelmackers S.A. ne peut être tenue responsable des éventuelles fautes ou erreurs et n’est pas non plus (directement ou indirectement) civilement responsable (1) de la non-réalisation des prévisions ou de toute décision ou action que le lecteur prendrait ou entreprendrait ou non sur la base de la présente newsletter, (2) ni de tout dommage direct ou indirect (en ce compris le manque à gagner ou la perte d’opportunité) y consécutif, occasionné à lui-même ou à des tiers. Il est interdit de copier, diffuser ou reproduire la présente newsletter, pour quelque raison que ce soit, sans l’autorisation écrite préalable de la Banque Nagelmackers S.A.


Articles associés

Image of stock market graphs Economie mondiale Article
17 Avril 2024

Nagelmackers Invest (avril 2024)

Image op stock market graphs Economie mondiale Article
15 Mars 2024

Nagelmackers Invest (mars 2024)

Image of stock market graphs Economie mondiale Article
13 Février 2024

Nagelmackers Invest (Février 2024)